Un air de MaDonna

Une voix rock révélant l’âme folk des femmes intemporelles

Pour l’Automne-Hiver 2018, ottod’Ame a choisi de dépeindre l’âme dans toutes ses nuances, en employant un pinceau capable d’apporter cette intensité unique. Chaque coup de pinceau raconte son histoire pas-à-pas, rythmée par des moments déterminants et déterminés, constellés de regards. Ne vous attendez aucunement à retrouver des tenues de princesses, filles innocentes ou dames de compagnie, car cette collection est dédiée plus que jamais aux femmes contemporaines, ironiques et curieuses. Une collection réservée à celles qui n’ont pas peur des silences embarrassants que d’autres ont besoin de combler. Une collection exclusivement pensée pour ces femmes qui ne renonceraient pour rien au monde à ces moments dont elles peuvent profiter pour se recentrer sur elles-mêmes. Le style raffiné des cours italiennes est caractérisé par des formes intenses et denses, des couleurs sombres, le velours et la grosse laine, et des impressions s’inspirant de pays lointains ou européens. Mais dans ce cas particulier, les sérieuses formes géométriques sont interrompues par des tigres colorés et des femmes qui flottent librement, légères comme des plumes. Les couleurs les plus froides s’inspirent des paysages paisibles de l’Amérique du Nord, arborant des tons légèrement flous comme le brouillard recouvrant sur l’herbe fraîche à l’aurore. Pour les soirées importantes, les fleurs s’imposent de manière audacieuse, déployant des couleurs fluorescentes sur des fonds plus sombres. Dans ce décor pittoresque, pour apporter cette touche d’ironie, les immenses dinosaures se font tout petits et présentent des contours enfantins, histoire de laisser sur vos lèvres ce sourire amusé. Marquant ainsi votre cœur et votre âme, comme le fait toujours ottod'Ame.
Pour défier le temps, je m’invente des histoires.
VOIR TOUS LES CLICHÉS DE LA COLLECTION

En 8 huitièmes.

Les ballades intimistes et transcendantes de Charlotte

Elle répondit au téléphone, comme ça, par hasard. Avec cette même apathie qui rythmait ses journées depuis qu’elle était arrivée ici. Elle saisit entre les mains le téléphone d’un geste désinvolte et ennuyé. Elle aimait s’allonger systématiquement sur le sol lorsqu’elle rentrait chez elle. Ses épaules en contact avec le chaleureux parquet parsemé de signes du passé, elle renouait enfin avec le monde. C’était sa façon à elle de remettre de l’ordre dans ses idées, de laisser derrière elle la journée à peine passée, et de reprendre son souffle. Se retrouver n’est pas chose facile. Mais de cette manière, Charlotte y parvenait. Allongée sur le sol, elle redécouvrait toutes ces choses qui résidaient enfouies en elle et qui lui permettait de retrouver la sérénité. Le contrejour révélait ces éléments volatils au plus proche de son regard. Elle ouvrait les yeux et les refermait d’une manière sensuelle et paisible. Comme en apesanteur, elle tourbillonna sur elle-même tout en se déplaçant dans la pièce. Puis cette musique intérieure reprenait de plus belle, guidant ses pas sur un air endiablé de rock & jazz. Les notes qu’elle fredonnait de manière improvisée libéraient son esprit en un flot ininterrompu de pensées.
LIRE TOUTE L’HISTOIRE

LES LOOKS

Où se cachent les rêves ?

Je ne dois pas être. Je suis, un point c’est tout.

LES COULISSES

LES COULISSES DE LA FW18